Psychologie.En Pologne, combien de traumatisés par la guerre sans l’avoir vécue ?


14 juillet 2021

Des recherches en neurosciences, en psychologie et en épigénétique suggèrent que des traumatismes profonds comme ceux provoqués par la guerre peuvent se transmettre aux générations suivantes, explique cet hebdomadaire polonais.

Sous la pluie, la petite Bozena (le prénom a été changé) reste debout devant sa maison. Elle a taché son habit du dimanche et sait qu’elle est la plus mauvaise petite fille du monde. Elle a déjà demandé pardon et comprend qu’elle doit rester là. Sa maman non plus n’avait rien fait de mal, et pourtant elle aussi devait rester debout pendant de longues heures avec d’autres femmes. Cette fois, la punition prononcée par la mère ne dure pas longtemps. Le grand-père accourt, prend la petite fille par la main puis crie à l’adresse de la mère, en direction de la fenêtre, “Gestapo !”.

“J’ai mis beaucoup de temps à comprendre qu’après trois ans dans les camps ma mère n’était plus une personne normale, raconte Bozena. Elle avait été envoyée à Auschwitz à l’âge de 15 ans et y a perdu ses parents et son frère. Ça a dû changer quelque chose dans son cerveau.”

La suite de l'article ici :

https://www.courrierinternational.com/article/psychologie-en-pologne-combien-de-traumatises-par-la-guerre-sans-lavoir-vecue

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article