Article publié en coopération avec la Heinrich-Böll-Stiftung Paris, France.

(Correspondance à Varsovie) – « Attendez-vous une autre bombe pour rappel ? » Au pied des bureaux de la Commission européenne à Varsovie, en ce 26 avril, le message qu’exhibe l’une des pancartes est de circonstance. C’est l’anniversaire tragique de l’accident nucléaire de Tchernobyl et, pour l’occasion, une poignée de Bélarusses sont venus y livrer un message pour le moins politique : « le Bélarus est toxique », « Nous n’oublions pas la terreur »… Le tout, non sans allusion à la centrale nucléaire d’Astraviets, récemment mise en service par les autorités bélarusses, située à seulement 50 kilomètres de Vilnius. (...)

La suite de l'article sur le site :